Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Actualité

Fil des billets

Lutter pour la dignité de nos ainé .e .s, c’est la conserver !

TOUS ENSEMBLE DANS L’ACTION Le mardi 30 Janvier 2018 ! Appel à la grève nationale de tous les EHPAD ça bouge dans les Ehpad le 30 janvier Cette journée ne doit pas être une action isolée, mais s’inscrire dans un processus de luttes locales et nationales afin d’obtenir les moyens de pouvoir travailler dans des conditions permettant une prise en charge digne et humaine de nos résident.e .s.

Virgule de Sablé : une nouvelle interruption des circulations des TER !

cheminots régionLundi 22 janvier 2017, depuis minuit, SNCF Mobilités ne fait plus circuler de train TER entre Laval et Sablé-sur-Sarthe par la « Virgule » de la LGV Bretagne/PDL conformément à la demande du Conseil Régional. Cette décision est la conséquence de l’incapacité de l’entreprise EIFFAGE, gestionnaire de la ligne grande vitesse, à faire circuler en toute sécurité le matériel TER (Z21700) sur son réseau.

Les faits : Après un premier arrêt de ces circulations en septembre 2017, c’est une seconde période qui s’engage sans aucun train direct Laval-Nantes dans les deux sens, pour une durée indéterminée. En cause, de nouvelles séries de tests insatisfaisants concernant le shuntage des TER sur la ligne à grande vitesse au-delà de la simple « virgule ».

La possibilité de circulation en unités multiples rejetée ! Les derniers tests avaient permis de valider les circulations à deux rames jumelées. Limitée en matériel, SNCF Mobilités proposait donc d’assurer ainsi 2 allers/retours par jours en lieu et place des 5 actuels. En refusant ce mode d’exploitation, le Conseil régional met donc la pression sur EIFFAGE pour qu’une solution pérenne soit trouvée au plus vite, permettant l’exploitation de cette ligne dans le respect des normes de sécurité.

Pour la CGT, EIFFAGE est un intervenant de trop ! La gestion en Partenariat Public Privé (PPP) démontre là une de ses nombreuses limites. Non seulement cette entreprise privée n’a pas été en mesure de fournir une installation totalement fonctionnelle, mais nous constatons aujourd’hui qu’elle est incapable de répondre seule à ses obligations techniques. À ce jour la SNCF, au travers de l’exploitant SNCF Mobilités et le gestionnaire d’infrastructure SNCF Réseau, assume en grande partie les coûts de ces dysfonctionnements. Le premier en indemnisant les usagers, le second en fournissant de gros moyens humains d’ingénierie et matériels. Finalement, EIFFAGE n’est qu’un interlocuteur de trop pour faire circuler au plus vite des TER 200km/h sur la ligne grande vitesse.

La CGT réaffirme que la SNCF, doit être une entreprise unique et intégrée, et condamne la privatisation sous toutes ses formes, qu’elle touche le réseau au travers des PPP ou l’exploitation des trains. L’histoire et les récents événements démontrent que l’on ne s’improvise pas cheminot-e-s. Toutes les composantes de cette profession, de l’ingénieur au vendeur de billet... doivent travailler en cohérence. C’est incompatible avec le découpage grandissant du système ferroviaire français actuel.

Communiqué de presse suite à la décision gouvernementale d’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes

logo cgt pdl 2017''Communiqué de presse de l’Union Départementale CGT 44 et du Comité Régional CGT Pays-de-la-Loire sur la décision gouvernementale d’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes''

Après un long travail d’analyse et l’organisation de 4 journées d’étude, l’UD CGT 44 et le Comité Régional CGT Pays-de-la-Loire ont élaboré un document de 12 pages (rendu public en avril 2015) qui se conclut en ces termes : « Au regard des éléments et analyses contenus dans ce dossier, le maintien de l’aéroport sur le site actuel, avec toutes les améliorations nécessaires en termes de sécurité, de conditions de travail, d’accès et d’usage, présente davantage d’atouts que la construction d’un nouvel aéroport sur le site de NDDL » (voir document complet sur http://lacgt44.fr/spip.php?article189 ).

La décision d’abandon du projet est donc pour l’UD CGT 44 et le CR CGT Pays-de-la-Loire une nouvelle qui va dans le sens de ses revendications.

Reste désormais à engager des études sérieuses pour une optimisation urgente de l’aéroport Nantes-Atlantique. Des décisions doivent rapidement être prises pour assurer :

  • la sécurité et le « confort » des voyageurs,
  • de bonnes conditions sociales et de travail pour les salariés de la plate-forme, avec la mise en place de moyens syndicaux suffisants pour permettre la défense des intérêts des multiples professions exerçant sur la plate-forme (création nécessaire d’un CHSCT de site notamment)
  • un raccordement de l’aéroport au transport collectif par rail (train et tram)
  • la rénovation des équipements vétustes (aérogare, tour de contrôle…)
  • la mise en place sans délai d’équipements techniques de sécurité correctement dimensionnés (ILS, satellite, radars…)

L’UD CGT 44 et le CR CGT Pays-de-la-Loire invitent par ailleurs le gouvernement à être très mesuré quant aux recours aux forces de l’ordre sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Le dialogue doit primer pour que des solutions pacifiques soient trouvées.

16 Novembre : Public, privé, toutes les raisons de se mobiliser

loi travail XXLDepuis l’élection du président Macron, nous assistons à la mise en place d’une série de réformes ultralibérales qui cassent tous nos conquis sociaux. Ces derniers ont pourtant permis de faire progresser notre société, d’élever les conditions de vie et de travail des salarié·e·s, de gagner l’allongement de l’espérance de vie, etc. [tract national 16 nov Pour la CGT, la page des ordonnances n’est pas tournée tract national 16 nov

Manifestations :

  • à Nantes : 10 h à commerce
  • à Saint Nazaire : 10h place de l’Amérique latine
  • à Châteaubriant : 11h, mairie
  • à Angers :
  • au Mans : 10 H devant le Palais des Congrès et de la Culture
  • à Laval : 10h30 place de la Trémoille
  • à la Roche sur Yon

Préfectures : nouveau recul des services publics !

A compter du 2 novembre 2017, il n’y aura plus d’accueil physique aux guichets des préfectures et des sous-préfectures pour les démarches liées aux cartes grises et aux permis de conduire (c’était déjà le cas pour les cartes nationales d’identité et passeports depuis mars 2017). Chaque usager devra faire ses démarches en ligne. "Avantages : une simplification administrative et un gain de temps puisque les démarches pourront être faites 24h/24 et 7j/7."

cgt intérieurLettre ouverte à la presse

A partir du 1er novembre 2017, tous les guichets des préfectures seront désormais fermés aux usagers. Cette décision du ministère de l’intérieur constitue l’étape finale du Plan préfectures nouvelle génération (PPNG), engagé sous le quinquennat précédant, plan poursuivi - et donc achevé - par le gouvernement actuel.

Il s’agit d’un changement important, on en conviendra aisément, pour les citoyens qui voient à travers les préfectures et les sous-préfectures l’incarnation de la réalité de l’État dans les territoires, au plus près de leur lieu de vie.

Cette disparition de l’administration de proximité à travers la suppression des guichets constitue la partie la plus immédiate, la plus visible des effets concrets des choix politiques menés depuis des années en direction des préfectures et des sous-préfectures. On se doit même dire des choix opérés CONTRE les préfectures et les sous-préfectures, CONTRE les fonctionnaires, CONTRE les usagers du service public, CONTRE les citoyens.

Sur bien d’autres pans du service public du ministère de l’intérieur, sur des missions moins visibles, moins connues du grand public, les agents et leurs représentants syndicaux connaissent les effets néfastes des choix de diminution des missions et des moyens dans les préfectures et les sous-préfectures.

lettre ouverte

- page 1 de 21