Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Professions

Fil des billets

Virgule de Sablé : une nouvelle interruption des circulations des TER !

cheminots régionLundi 22 janvier 2017, depuis minuit, SNCF Mobilités ne fait plus circuler de train TER entre Laval et Sablé-sur-Sarthe par la « Virgule » de la LGV Bretagne/PDL conformément à la demande du Conseil Régional. Cette décision est la conséquence de l’incapacité de l’entreprise EIFFAGE, gestionnaire de la ligne grande vitesse, à faire circuler en toute sécurité le matériel TER (Z21700) sur son réseau.

Les faits : Après un premier arrêt de ces circulations en septembre 2017, c’est une seconde période qui s’engage sans aucun train direct Laval-Nantes dans les deux sens, pour une durée indéterminée. En cause, de nouvelles séries de tests insatisfaisants concernant le shuntage des TER sur la ligne à grande vitesse au-delà de la simple « virgule ».

La possibilité de circulation en unités multiples rejetée ! Les derniers tests avaient permis de valider les circulations à deux rames jumelées. Limitée en matériel, SNCF Mobilités proposait donc d’assurer ainsi 2 allers/retours par jours en lieu et place des 5 actuels. En refusant ce mode d’exploitation, le Conseil régional met donc la pression sur EIFFAGE pour qu’une solution pérenne soit trouvée au plus vite, permettant l’exploitation de cette ligne dans le respect des normes de sécurité.

Pour la CGT, EIFFAGE est un intervenant de trop ! La gestion en Partenariat Public Privé (PPP) démontre là une de ses nombreuses limites. Non seulement cette entreprise privée n’a pas été en mesure de fournir une installation totalement fonctionnelle, mais nous constatons aujourd’hui qu’elle est incapable de répondre seule à ses obligations techniques. À ce jour la SNCF, au travers de l’exploitant SNCF Mobilités et le gestionnaire d’infrastructure SNCF Réseau, assume en grande partie les coûts de ces dysfonctionnements. Le premier en indemnisant les usagers, le second en fournissant de gros moyens humains d’ingénierie et matériels. Finalement, EIFFAGE n’est qu’un interlocuteur de trop pour faire circuler au plus vite des TER 200km/h sur la ligne grande vitesse.

La CGT réaffirme que la SNCF, doit être une entreprise unique et intégrée, et condamne la privatisation sous toutes ses formes, qu’elle touche le réseau au travers des PPP ou l’exploitation des trains. L’histoire et les récents événements démontrent que l’on ne s’improvise pas cheminot-e-s. Toutes les composantes de cette profession, de l’ingénieur au vendeur de billet... doivent travailler en cohérence. C’est incompatible avec le découpage grandissant du système ferroviaire français actuel.

#onbougele10 : la Fonction publique : une richesse pour tout.e.s, pas un coût !

on bouge le 10 octL’ensemble de la Fonction Publique sera en grève et descendra dans la rue le 10 octobre.

Force est de constater que les annonces du gouvernement contre les agents de la Fonction publique s’inscrivent dans un objectif global de régression sociale, qui atteindrait de plein fouet l’ensemble des salariés de ce pays, du secteur public comme du secteur privé.

ATTAQUES CONTRE NOS SALAIRES, NOS RETRAITES, NOS CONDITIONS DE TRAVAIL : PUBLIC et PRIVÉ, TOUS en GRÉVE !

  • RDV à Nantes, place du Commerce à 10h00
  • RDV à Saint Nazaire, à la Gare à 10h00
  • RDV à la cité administrative Paixhans au Mans 10h30
  • RDV à 13h Place du 11 Novembre à Laval.
  • RDV à Angers 10h30 Place LECLERC
  • RDV à La Roche sur Yon à 14h00 place Napoléon

appel intersyndical UDs 44 Tract inter UDs 72 - 10 oct 2017 Tract UD CGT 44 pour le 10 oct 2017

Ferroviaire : distribution à 500 000 exemplaires du journal "La Vraie Info"

La-VraieInfo.jpgCONSTRUIRE DES ALTERNATIVES AVEC LES USAGERS

Trois ans seulement après une réforme que la CGT a combattue mais qui devait régler beaucoup de choses selon ses promoteurs, la SNCF cristallise à nouveau les mécontentements.

Les usagers constatent, comme les cheminots, que la qualité de la production n’est pas au rendez-vous. Ils subissent également les fermetures de gares, de lignes, au point que certains territoires se sentent abandonnés par le service public ferroviaire.

Or, à partir de ces dysfonctionnements, une grande entreprise de mystification s’est mise en place pour justifier une nouvelle réforme qui va encore plus loin que celle de 2014 et qui vise en fait uniquement à imposer l’ouverture à la concurrence du transport national de voyageurs par le fer.

Alors que cette solution est déjà annoncée comme une mesure des futures Assises de la mobilité, la CGT invite les usagers à se pencher sur les vraies causes des dysfonctionnements qu’ils subissent au quotidien et sur les solutions qui permettraient d’y remédier.

C’est l’objet du journal « La Vraie Info » diffusé par la Fédération CGT des cheminots du 18 au 22 septembre. Il vise à donner des éléments de compréhension de l’organisation de la production ferroviaire et de ces déficiences qui résultent de choix politiques assumés par l’État et la direction de la SNCF.

La CGT entend, à partir de ce support et à travers diverses initiatives prévues, construire des alternatives avec les usagers en partant de leurs besoins en matière de transport.

C’est pour avancer dans le même sens que les cheminots se mobilisent chaque jour pour exiger des moyens à la hauteur des enjeux du service public ferroviaire.

S’inscrire dans les IRP : une nécessité pour les salarié.e.s, une priorité pour la CGT

FAPT_region_pdl.jpgÉlections professionnelles chez Orange Pays de Loire :

À l'Unité d'Intervention des Pays de la Loire comme dans beaucoup de services à Orange, nous ne pouvons que constater l'érosion du nombre de salariés. Le groupe Orange, préfère siphonner les emplois de la maison mère en se tournant vers la sous-traitance. Cela lui permet de dégager des marges et de développer son chiffre d'affaire. Petit à petit le travail fait initialement par les salariés d'Orange est transféré vers d'autres entreprises.

C'est ainsi que la maison mère Orange se vide de ses salariés.

tract régional élections Orange

TER Pays de la Loire : 100 000 000 d'euros de moins ?

cheminots régionDès le début de son mandat, la nouvelle majorité au Conseil régional des Pays Loire a cherché à marquer sa rupture avec son prédécesseur sur le financement des infrastructures routières.

Alors que cela ne relève pas des prérogatives de cette institution, l’équipe Bruno Retailleau a néanmoins décidé de financer sans disposer de la dotation budgétaire afférente et dans un contexte de contraction générale des dotations versées par l’État, plusieurs projets d’infrastructures routières sur les Pays de la Loire, pour un budget total s’élevant à 120 millions d’€.

La question de leur financement est donc clairement posée.

Le 18 mai, lors de la séance plénière du Comité d’Établissement Régional (CER) SNCF Mobilités Pays de la Loire, la CGT a réussi à obtenir des informations concernant la future convention TER 2017 - 2023 :

* Le Conseil Régional exige une baisse du budget TER de l’ordre de 20 millions d’€ par an ! Soit au moins 100 millions d’€ sur la durée totale de la future convention !

La Région envisagerait-elle de financer sa politique pro-bitume, en cassant le TER Pays de la Loire ? Communiqué baisse budget TER

- page 1 de 3