Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Professions

Fil des billets

Pole Emploi en grève le 20 novembre

CGT_Pole_Emploi_Pays_de_Loire.JPGCommuniqué de presse Intersyndical Pôle Emploi Pays de la Loire -

Le gouvernement cherche-t-il à faire dysfonctionner Pole emploi ?

Les organisations syndicales CFDT, CGT, SNU de Pôle Emploi Pays de la Loire contestent l’analyse simpliste du gouvernement et alertent sur les risques réels pour les usagers d’une baisse des moyens de Pole emploi :

Le gouvernement a annoncé son intention de réduire les effectifs de Pôle emploi de 4000 postes sur les quatre prochaines années, au prétexte d’une baisse du chômage pourtant contredite par les faits. C’est pour Pôle Emploi Pays de la Loire, une perte effective de plus 150 postes (120 postes CDI, CDD, contrats aidés en 2018, suivis d’au moins une quarantaine d’autres au cours de l’année 2019).

Les conséquences préjudiciables aux demandeurs d’emploi :

  *  Augmentation du temps d’attente dans les accueils de Pole emploi,
  • Difficulté et allongement des délais pour obtenir un rendez-vous avec les conseillers,
  • Accès aux services uniquement via Internet, mettant en grande difficulté les plus éloignés de l’emploi,
  • Inadaptation des prestations pour les demandeurs d’emploi parce que confiées au secteur privé,
  • Allongement du délai de traitement des demandes d’ouverture de droits à l’allocation chômage,
  • Déshumanisation des services rendus, et réponses automatisées à des demandes pourtant individuelles et personnelles.

Les mêmes organisations constatent par ailleurs que :

La charge de travail a déjà augmenté pour chaque agent :

   · Le nombre de demandeurs d’emploi suivis en moyenne par conseiller est de 600,
   · Le nombre de demandes de calculs de droits à l’allocation chômage est en constante augmentation,
   · Les offres déposées par les employeurs ont augmenté de + 30% en trois ans,
   · Le contrôle des demandeurs d’emploi se renforce au détriment de l’accompagnement.

Les décisions de la Ministre du Travail sont irréalistes et font peser sur le Service Public de l’Emploi un risque grave de dysfonctionnement, préjudiciable aux droits des usagers.

Parce qu’il n’y a pas un emploi de trop à Pôle Emploi, parce qu’elles défendent la continuité et la qualité de services individualisés, les organisations syndicales CFDT, CGT, SNU relaient en région le mouvement de grève nationale du mardi 20 NOVEMBRE 2018.

En région, elles appellent les salariés de Pôle emploi à se rassembler à :

   · Terra Botanica, route d’Épinard à Angers, dès 8h30 pour le 49*
   · L’agence Pôle emploi St-Herblain, 4 rue de la Gironde, dès 8h15 puis à Tour de Bretagne pour le 44
   · Devant l’agence Pôle emploi de Le Mans Gare, située 18 rue Pierre Félix Delarue, pour le 72
   · Devant l’agence Pôle emploi de La Roche Sud, située 33 rue du Commerce, pour le 85
  • A Terra Botanica, la direction régionale a organisé un séminaire destiné aux agents indemnisation qui se déroulera en présence du Directeur Régional Pôle emploi Pays de La Loire

Fonction Publique : pourquoi les augmentations générales sont indispensables

CGT_Fonction_Publique.jpgRappelons brièvement la situation : depuis 2010, la valeur du point d’indice a subi un gel quasi ininterrompu, sauf par deux revalorisations de 0,6 % en juillet 2016 et février 2017. Le premier des résultats, c’est que, de janvier 2010 à aujourd’hui, par rapport à l’inflation, la dévalorisation dépasse aujourd’hui les 9 % !

La confirmation récente de la décision gouvernementale de ne procéder à aucune augmentation de la valeur du point jusqu’à la fin 2019 ne pourra qu’aggraver ce décrochage d’une ampleur historique sans précédent.

Cette injustice sociale et cette ineptie économique détérioreront comme jamais le pouvoir d’achat de tous les agents et plongeront un grand nombre d’entre eux dans des difficultés extrêmes. 2018_08_24_AUGMENTATION.pdf_jevoteCGTle6.jpg

Rencontre avec les cheminot.es : François de Rugy prisonnier du dogme libéral.

fier_cheminot.jpgAlors que les cheminot aborderont une 5ème période de grève les 23 et 24 avril, l’intersyndicale régionale a été reçu par François de Rugy, député de la 1ère circonscription de Loire Atlantique et président du Parlement. Cette rencontre, demandé par les organisations syndicales, avait pour but d’échanger sur le Service Public ferroviaire : 20180420_CDP_De_Rugy_OS_Cheminotes.pdf

Convention TER pays de Loire : l’avenir des guichets dans les gares TER menacé

montage_gare_DEF_logo.jpgLa nouvelle convention 2018-2023, liant le Conseil Régional des Pays de la Loire et SNCF Mobilités, porte des éléments de déclin préoccupants pour les milliers d’usagers qui prennent le train chaque jour et pour les cheminots qui se voient privés des moyens indispensables à une production de qualité.

Cette page internet (https://conventionterpaysdelaloire.jimdo.com/ ), met à votre disposition des liens vers différents documents : extraits de la convention, décryptages, actions et propositions portées par la CGT, etc. Cette page n’étant pas figée, vous pourrez y trouver de nouvelles informations au fil du temps. Usagers, Citoyens et Cheminots nous avons un intérêt commun : préserver et développer l’accès à un Service Public ferroviaire de qualité, pour toutes et tous.

Partager l’adresse de cette page est un premier pas !

Virgule de Sablé : une nouvelle interruption des circulations des TER !

cheminots régionLundi 22 janvier 2017, depuis minuit, SNCF Mobilités ne fait plus circuler de train TER entre Laval et Sablé-sur-Sarthe par la « Virgule » de la LGV Bretagne/PDL conformément à la demande du Conseil Régional. Cette décision est la conséquence de l’incapacité de l’entreprise EIFFAGE, gestionnaire de la ligne grande vitesse, à faire circuler en toute sécurité le matériel TER (Z21700) sur son réseau.

Les faits : Après un premier arrêt de ces circulations en septembre 2017, c’est une seconde période qui s’engage sans aucun train direct Laval-Nantes dans les deux sens, pour une durée indéterminée. En cause, de nouvelles séries de tests insatisfaisants concernant le shuntage des TER sur la ligne à grande vitesse au-delà de la simple « virgule ».

La possibilité de circulation en unités multiples rejetée ! Les derniers tests avaient permis de valider les circulations à deux rames jumelées. Limitée en matériel, SNCF Mobilités proposait donc d’assurer ainsi 2 allers/retours par jours en lieu et place des 5 actuels. En refusant ce mode d’exploitation, le Conseil régional met donc la pression sur EIFFAGE pour qu’une solution pérenne soit trouvée au plus vite, permettant l’exploitation de cette ligne dans le respect des normes de sécurité.

Pour la CGT, EIFFAGE est un intervenant de trop ! La gestion en Partenariat Public Privé (PPP) démontre là une de ses nombreuses limites. Non seulement cette entreprise privée n’a pas été en mesure de fournir une installation totalement fonctionnelle, mais nous constatons aujourd’hui qu’elle est incapable de répondre seule à ses obligations techniques. À ce jour la SNCF, au travers de l’exploitant SNCF Mobilités et le gestionnaire d’infrastructure SNCF Réseau, assume en grande partie les coûts de ces dysfonctionnements. Le premier en indemnisant les usagers, le second en fournissant de gros moyens humains d’ingénierie et matériels. Finalement, EIFFAGE n’est qu’un interlocuteur de trop pour faire circuler au plus vite des TER 200km/h sur la ligne grande vitesse.

La CGT réaffirme que la SNCF, doit être une entreprise unique et intégrée, et condamne la privatisation sous toutes ses formes, qu’elle touche le réseau au travers des PPP ou l’exploitation des trains. L’histoire et les récents événements démontrent que l’on ne s’improvise pas cheminot-e-s. Toutes les composantes de cette profession, de l’ingénieur au vendeur de billet... doivent travailler en cohérence. C’est incompatible avec le découpage grandissant du système ferroviaire français actuel.

- page 1 de 4