Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

CESER - session du 30 janvier 2023 - session d'installation

conseil régional 4

Les CESER sont renouvelés tous les 6 ans, à mi-parcours du mandat du conseil régional. Une nouvelle mandature a donc débuté début 2024.

La session du 30 janvier était consacrée à l’élection de la présidence du CESER.

La candidate de la FNSEA, soutenue par le MEDEF et l’U2P, l’emporte d’une voix contre le candidat issu du comité 21, que la CGT avait soutenu, avec de nombreuses autres organisations, dont la CFDT.

Ceci avec le soutien notamment de FO, qui décidément a choisi son camp, celui du patronat. 

La CFTC et la CGC n’ont pas souhaité communiquer leur vote.

Suite à cette élection, nous avons à nouveau une présidence du CESER issue du collège patronal.

Alors que la pratique du CESER est celle du partage des responsabilités, la majorité du collège 1 a tenté à plusieurs reprises de truster des responsabilités, soit en candidatant directement, soit en poussant des candidatures en sous-main.

La CGT conserve cependant le poste de président de la commission transport-énergie, ainsi que le secrétariat de la commission Environnement -territoires.

voir la lettre 264 relative à la session d'installation

voir la lettre 265 sur la composition du groupe CGT au CESER

bulletin du comité régional n°101 - spécial formation 2024

une formation

Nous concevons à la CGT que l’ensemble des syndiquées et syndiqués sont des actrices et acteurs de leur syndicat.

Pour acquérir les savoirs et savoir-faire permettant de jouer pleinement leur rôle, trois vecteurs doivent se conjuguer : la pratique (c’est en forgeant qu’on devient forgeron), la lecture de la presse syndicale (un homme, une femme informé.e en vaut deux)… et la formation syndicale.

La formation syndicale est un droit pour tous les syndiqués et syndiquées, les militants et militantes, les dirigeants et dirigeantes.

Chaque camarade pourra être très rapidement élu.e, mandaté.e, ou exercer une responsabilité particulière dans l’organisation, le devoir de l’organisation est donc de le/la former.

Vous trouverez ici le bulletin n°101 spécial formation syndicale.

Urgence pour les trains en Loire-Atlantique : exigeons un service de qualité, tous les 1/4h au + tôt

logo trains

signez la pétition ici

L'offre de transport actuelle est insuffisante pour assurer correctement le service et accueillir de nouveaux usagers et usagères souhaitant limiter l'utilisation de leur voiture. Chaque matin, des milliers d'habitantes et habitants du département font face à un réseau de transport surchargé et insuffisant. Des trains supprimés, des cars bondés, une attente interminable aux heures de pointe... sont le quotidien de trop d’habitants. État, Région, Métropole et Collectivités ont le pouvoir d'accompagner les habitant.es et de satisfaire leurs attentes et besoins. Pour une meilleure qualité de vie des habitantes et habitants, améliorons l'offre de transport pour tous les trajets : domicile/travail, études, loisirs... Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Face à la crise sociale (flambée des prix) et climatique (nécessité de diminuer notre empreinte carbone), nous, habitantes et habitants de Nantes Métropole et des communes environnantes demandons une amélioration urgente du service, de l'attractivité et l'accessibilité du réseau des trains de proximité : fréquence/régularité, nouvelles dessertes, fiabilité/sécurité, élargissement des horaires, maillage avec le réseau Aléop.

Notre réseau actuel est inadapté aux besoins des habitantes et habitants du territoire qui veulent se déplacer en polluant moins, en dépensant moins, en participant et en bénéficiant d'un cadre de vie plus sain et sûr :

❌ Qualité de services dégradée (trains supprimés, surchargés, en retard, manque d'emplacements vélos,...).

❌ Manque d'ambition (fréquence, plages horaires).

❌ Infrastructures insuffisantes ou dégradées : entretien reporté, réseau saturé, fermetures de gares, de haltes et de guichets.

❌ Manque de matériel roulant et de personnel.

❌ Les propositions de création de nouvelles haltes ou gares, pôles multimodaux et les interconnexions avec les transports en commun existants s'avèrent notoirement insuffisantes.

❌ Le projet de Service Express Métropolitain actuellement présenté est insuffisant et manque d'ambitions.

Nous demandons aux différentes autorités organisatrices des transports de s'engager immédiatement pour les mesures suivantes :

✅ Des trains toutes les 15 min en heures de pointe dans l'aire urbaine et 30 min en heures creuses avec un service de 5h à 00h tous les jours. Avec une population grandissante, des trains toutes les 15 minutes permettraient de désengorger significativement les axes routiers et d’offrir une alternative viable à la voiture.

✅ Accès à des transports collectifs de haute fréquence à moins de 5kms pour les communes hors zones urbaines.

✅ Création de nouvelles liaisons Nord/Sud et Est/Ouest avec la diamétralisation du réseau en étoile (c'est à dire sans changement de train en gare de Nantes)

et la création de nouvelles gares multimodales comme à Sainte-Luce, Carquefou..

✅ Création de nouvelles haltes et gares, notamment sur l'île de Nantes, en plus de la gare prévue à Bouguenais.

✅ Étendre les services de vélos partagés, d'autopartage et les plateformes de covoiturage.

✅ Financement du matériel nécessaire et recrutement du personnel.

✅ Extension de la tarification unique et adaptée aux besoins.

Agissons ensemble pour mettre notre avenir sur de bons rails !

Cette pétition est à l'initiative du collectif FerNantes composé de : Alternatiba Nantes, ANDE, Attac44, AVEC Nantes, CGT Cheminots Nantes, UL CGT Nantes, UD CGT 44, Collectif Transport, Convergence Nationale Rail, FNAUT Pays de la Loire, FSU44, La France Insoumise 44, EELV Nantes, Extinction Rébellion Nantes, Gauche démocratique et sociale, Génération Écologie 44, GIGNV, Collectif « Le livre blanc pour le climat », MNLE Pays de la Loire Naturellement, Nantes en commun, PCF 44, Rezé à Gauche Toute, Rue de l’Avenir Grand Ouest, Sud Loire Avenir, UDB, 60 millions de piétons, Collectif Fer-Retz.

La centrale de Cordemais bloquée par la CGT, inquiète pour la reconversion

image mobilisation Cordemais

La centrale à charbon de Cordemais (Loire-Atlantique), actuellement à l'arrêt, était bloquée vendredi matin par la CGT, inquiète pour le devenir du projet de conversion de la centrale à la biomasse, a constaté une journaliste de l'AFP.

La CGT dénonce une position d'EDF "ambigüe sur le projet" de conversion.

"La publication de certains éléments (...) nous laisse à penser que l'entreprise détenue à 100% par l’État n'optimise pas, voire alourdit volontairement l'équation économique pour rendre le projet caduc", écrivait le 25 janvier la secrétaire générale de la CGT Sophie Binet dans une lettre adressée à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et, depuis le dernier remaniement, de l’Énergie.

Vos représentants CGT de Cordemais vont rencontrer le délégué interministériel à l'accompagnement des territoires en transition énergétique M. Yves SCHENFEIGEL le 12 Février, le directeur d'EDF Luc Rémont le 19 février et Le ministre Bruno le Maire le 7 mars.

voir le courrier de Sophie Binet à Bruno Lemaire : 2024.02 courrier S Binet à B Lemaire

votez pour les TPE 2024

logo vote

Tous les 4 ans, 5 millions de salarié.es des Très Petites Entreprises (TPE) sont invité.es à élire leurs représentants dans les 4 commissions paritaires régionales.

Le prochain scrutin aura lieu en fin d’année 2024.

Pour la CGT même si ce salariat est très éclaté, avec moins de 11 salarié.es par entreprise, il ne peut ni ne doit être mis de côté. Les TPE représentent près de 20 % du salariat en France !

C’est pourquoi des commissions paritaires régionales ont été mises en place en l’absence de représentation directe entre les salarié.es des TPE et leurs employeurs.

Pour la CGT les voix obtenues par vos bulletins de vote sont un acte démocratique important. Nationalement, lors des 3 scrutins vous avez placé notre organisation syndicale très largement en tête, à chaque fois avec 10 % d’avance sur la 2ème organisation. Également pour la région Pays de la Loire, vous avez confirmé la CGT comme 1ère organisation syndicale. Cette confiance renouvelée nous permet de porter vos expressions revendicatives.

Celles-ci comptent tout autant.

voir le 5 pages ici : 5 pages TPE

CESER - session des 18 et 19 décembre 2023

conseil régional 4

La session de décembre 2023 a donné lieu à l’examen des sujets suivants :

- l’avis sur le budget primitif 2024 : lettre 255 - BP 2024

- l’avis sur le volet mobilité du CPER 2021 2027 : lettre 256 - CPER mobilité

- l’avis sur le plan régional forêt bois : lettre 257 - plan forêt bois

- l’étude sur les mobilités en Pays de la Loire : lettre 258 - étude mobilité

- l’étude sur les évolutions du rapport au travail : lettre 259 - rapport travail

- l’étude sur le raccrochage scolaire : lettre 260 - raccrochage

- l’étude sur l’arbre et la haie (seconde partie) : lettre 261 - étude arbre partie 2

- l’étude sur les précarités : lettre 262 - étude précarités

- le règlement intérieur du CESER : lettre 263 - règlement intérieur

Tous les détails sur ces sujets, et l'intervention de la CGT, figurent dans les lettres du groupe.

L'essentiel de la session en 2 pages est disponible dans l'express n°13 du groupe CGT au CESER : express 013

Cette session est la dernière de la mandature 2018 2023 du CESER.

Le comité régional remercie l’ensemble des mandaté.e.s, ainsi que les camarades des différents secteurs professionnels qui les ont aidés dans leurs travaux au CESER, permettant de nourrir leurs interventions.

Nous saluons les 3 camarades qui ne renouvelleront pas leur mandat : Olivier Haquette, Marie-Colette luneau et Didier Robert.

CESER - session des 16 et 17 octobre 2023

conseil régional 1

La session d'octobre 2023 a donné lieu à l’examen des sujets suivants :

- l’avis sur la décision modificative 2 de 2023 : lettre 248 - DM 2

- l’avis sur les orientations budgétaires 2024 : lettre 249 - OB 2024

- l’avis sur le rapport égalité femmes hommes : lettre 250 - avis rapport égalité femmes hommes

- l’avis sur la SREFOP : lettre 251 - avis SREFOP

- l’étude « évaluation » : lettre 252 - étude évaluation

- l’étude sur l’opportunité d’une macrorégion atlantique : lettre 253 - étude macrorégions

- le projet d’évolution du CESER : lettre 254 - réforme du CESER

Tous les détails sur ces sujets, et l'intervention de la CGT, figurent dans les lettres du groupe.

L'essentiel de la session en 2 pages est disponible dans l'express n°12 du groupe CGT au CESER : express 012 du groupe CGT au CESER

Voeux 2024

voeux CGT 2024

projet de loi Asile et Immigration

tableau intersyndical

Ce Mardi 19 décembre 2023, nos organisations appellent les parlementaires à ne pas adopter le projet de loi Asile et Immigration. Les personnes étrangères méritent mieux que des manœuvres et marchandages politiciens sur un texte qui bafoue les droits fondamentaux.

Pour tenter de trouver un consensus sur son projet de loi asile et immigration, le gouvernement français, attaché aux symboles, a choisi de réunir la Commission mixte paritaire le lundi 18 décembre, date de la Journée internationale des personnes migrantes. Le texte issu de celle-ci remet en cause bien des droits des personnes étrangères. Le gouvernement et les parlementaires qui le soutiennent se sont plié aux sommations des dirigeants du groupe LR pour laisser triompher des mesures profondément discriminatoires.

L'examen de ce texte a peu à peu fait sauter des digues, laissant le champ libre à une xénophobie aujourd'hui complètement décomplexée.

Il n'est ni plus ni moins désormais que le projet de loi le plus régressif depuis au moins 40 ans pour les droits et conditions de vie des personnes étrangères, y compris celles présentes depuis longtemps en France : enfermement et expulsions de personnes protégées au titre de la vie privée et familiale, refus ou retrait du droit au séjour au motif de menaces à l'ordre public, rétablissement du délit de séjour irrégulier, atteintes au droit à la santé et à la vie familiale, restriction de l'accès aux titres de séjour pour étudiant·es et personnes malades, mise en place et renforcement de tous les freins à l'intégration, etc. Faute de titre de séjour, la vie d'un nombre croissant de personnes étrangères en France, extrêmement précarisée, sera rendue infernale.

Les principes d'égalité, de solidarité et d'humanité, qui fondent notre République, semblent ne plus être aujourd'hui une boussole légitime de l'action gouvernementale. Face à ce marasme politique, nos associations, collectifs et syndicats appellent les parlementaires attaché·es à ces principes à un sursaut, en rejetant ce texte aussi inhumain que dangereux pour notre État de droit.

Organisations signataires : Action contre la faim, Anafé, ANVITA, CCFD-Terre Solidaire, Centre Primo Levi, Cimade, CGT, Collectif des Sans-Papiers de Montreuil (CSPM), Collectif des Travailleurs Sans-Papiers de Vitry 94 (CTSPV 94), Coordination 75 des Sans-Papiers (CSP 75), CRID, Dom’Asile, Droit à l’école, Emmaüs France, Emmaüs International, Emmaüs Roya, Fédération de l’Entraide Protestante, Fédération Etorkinekin Diakité, Femmes de la Terre, Fondation Abbé Pierre, Français langue d’accueil, Les Francas, France terre d’asile, Geres, Gisti, Grdr Migration-Citoyenneté-Développement, Groupe accueil et solidarité (GAS), J’accueille by SINGA, JRS France, Kabubu, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Ligue de l’enseignement, MADERA, MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples), Observatoire international des prisons - section française (OIP-SF), Oxfam France, Pantin Solidaire, Paris d’Exil, Pas Sans Nous, Polaris 14, Sidaction, SINGA, Solidarités Asie France (SAF), Thot, Tous Migrants, UEE (Union des Etudiants Exilés), Union syndicale Solidaire, UniR (Universités & Réfugié.e.s), Utopia 56, Watizat.

débat public sur l'offre de santé en Mayenne

image débat tribune

Le jeudi 23 novembre, environ 70 personnes, dont plusieurs élu.e.s, se sont réunies pour participer à la réunion publique organisée par le comité régional CGT

Les échanges, pendant plus de deux heures, partant des témoignages de salariés qui travaillent sur le terrain, ont été riches et ont mis en avant les besoins du territoire, faisant écho aux propositions de la CGT rappelées dans notre cahier d'acteurs.

Voici l'introduction au débat : Introduction au débat sur la santé - Pascal Bouvier

- page 1 de 37