Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Plan de relance : Les enjeux climatiques et sociaux méritent mieux !

cgt conf logoLa CGT s’inscrit dans une dynamique de discussions et de négociations d’un plan de relance permettant la mise en oeuvre de mesures à la hauteur des enjeux de la période, afin que la crise sanitaire ne soit pas suivie d’une crise sociale et environnementale majeure.

Or, la rencontre organisée hier sous l’égide du ministère de la Transition Écologique, en présence du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance et de la ministre Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, s’est avérée relever plus d’une opération de communication que d’une réunion de travail permettant la définition et la mise en œuvre de mesures concrètes et efficaces.

Soit le gouvernement avance à l’aveugle, sans plan de travail, soit il tente de cacher ses insuffisances via un plan de communication… l’urgence climatique et sociale appelle pourtant à d’autres priorités et considérations ! Cette rencontre, qui réunissait indistinctement des membres de la convention citoyenne sur le climat, les organisations syndicales de salariés et les organisations patronales, n’a été qu’un jeu d’échange pour favoriser, selon les termes de la ministre de la transition écologique « une meilleure compréhension entre les acteurs sur les 146 propositions de la convention »...

La CGT partage nombre des propositions de la convention, nous constatons néanmoins sans surprise la fin de non-recevoir du Président de la République concernant la mise en place d’une taxe sur les dividendes des entreprises, ou l’abaissement du temps de travail.

Nouveau gouvernement, nouvelle méthode, néanmoins rien ne change véritablement. Les engagements financiers annoncés ne donneront lieu à aucun contrôle de l’État sur l’utilisation des aides aux entreprises.

A l’exception notable (mais pas surprenante) du MEDEF, un consensus large a mis en avant la question de la « justice sociale ». Ce thème a été omniprésent tout au long des discussions. Il s’agit maintenant de passer des « belles paroles » à des actes concrets, là encore la CGT sera extrêmement vigilante à ce qui sera mis en place.

La CGT porte des propositions : mise en place de filières industrielles, renforcement de la maîtrise publique des moyens de production, planification, création d’un pôle public financier, investissement dans les infrastructures et le matériel ferroviaire, transition énergétique, refonte de la fiscalité aux entreprises, etc…

Pour nous, les enjeux environnementaux sont liés aux questions sociales économiques. Il y a urgence à mener de front ces enjeux sociétaux et en cela la rencontre d’hier a été décevante.

Plan de relance régional : peut mieux faire !

logo cgt pdl 2017Communiqué CGT - FSU

La pandémie COVID-19 a des conséquences sociales, économiques et environnementales qui bouleversent nos quotidiens. Elle creuse les inégalités sociales, économiques et environnementales. Elle met en évidence les effets des politiques d’austérité de ces dernières années, notamment dans le secteur de la santé.

La récession en cours a des répercussions considérables sur les économies de proximité, l’ensemble du salariat, les privés d’emploi, mais aussi les jeunes et les séniors les plus démunis exposé-es à de nouvelles pauvretés.

Devant le conseil économique social et environnemental régional (CESER), la présidente de région a présenté un plan de relance qui a vocation à soutenir l’emploi et une économie plus « verte ». Le volume des sommes engagées (332 M€) et les 145 mesures annoncées sont plus que perfectibles. Les précaires actuels et à venir, et les femmes en tout premier lieu, ne font pas l’objet d’une attention à la hauteur des enjeux. La formation professionnelle, avec les risques majeurs de saturation encourus, apparait plus comme un remède temporaire au chômage que comme un outil sérieux de rebond social.

Malgré l’annonce très positive d’un observatoire régional sur le changement climatique adapté aux pays de la Loire, le plan de relance comporte des aspects lacunaires sur un contrat écologique et des mesures environnementales indispensables que la situation impose désormais.

Bien qu’elle soit dans sa compétence économique, la région reste frileuse sur la conditionnalité des aides publiques qui seront versées pour maintenir l’emploi et soutenir la trésorerie des entreprises. Nous demandons que soient établis des critères d’évaluation mais aussi la mise en place d’une commission régionale d’évaluation et de contrôle des aides publiques. La Région ne peut engager l’argent public sans le regard des acteurs concernés : partenaires sociaux, puissances publiques, société civile organisée.

Depuis la montée en puissance des régions et les politiques financières européennes chaque crise fournit l’occasion aux exécutifs régionaux de demander une nouvelle étape de décentralisation.

La décentralisation en soi répond à un dogme politique ouvrant à la concurrence les territoires et les populations, exposant toujours plus les salariés et les solidarités. La question centrale n’est pas la décentralisation mais une autre politique fiscale et des ressources garanties pour la déclinaison des politiques publiques avec des services publics de proximité garantis sur l’ensemble du territoire.

La solidarité ne réside pas dans l’éclatement des politiques territoriales ou les dérégulations prônées par différents patronats, mais au contraire dans des garanties de progrès en matière de droits sociaux et temps de travail.

La crise sanitaire a une fois encore permis de vérifier la nécessité de services publics forts qui sont les seuls biens des populations les plus fragiles. Les premiers signes du gouvernement sur la reprise de la réforme des retraites, les insuffisances d’amélioration du service public de santé avec ses « héroïnes et héros » sous -payé-es ont de quoi inquiéter. Les régions ont leur part à prendre dans les transports et une série de politiques publiques accompagnant une autre agriculture, d’autres manières de produire et consommer, d’autres politiques énergétiques. La culture, la vie associative et l’éducation scolaire et tout au long de la vie sont aussi d’autres enjeux pour vivre mieux. La région - qui a des compétences partagées, avec l’Etat, les départements et le bloc communal - doit avoir une ambition qui marque encore trop le pas.

Sans cette ambition la fracturation sociale en cours ne pourra que s’aggraver. Au lieu de politiques successives d’exonérations fiscales, d’exonérations de cotisations sociales sur lesquelles sont assises les solidarités, il y a lieu à tous les échelons, y compris celui des régions, de concevoir une autre politique de répartition des richesses. Pour la CGT et la FSU cela passe par mettre à contribution les revenus du capital en les investissant massivement dans les salaires, les pensions, la protection sociale, la recherche et l’innovation « verte ».

Manifestation des Aides à Domicile de Vendée le 10 juillet

aides_a_dom_revoltees.pngLes salarié(e)s de l'aide, de l'accompagnement, des soins à domicile et des structures crient leur colère, ils sont au bord de l'implosion.

Le vendredi 10 juillet 2020 aura lieu au conseil départemental de la Roche Sur Yon, une réunion exceptionnelle de cession.

Cette rencontre fera l'objet de diverses mesures à destination de l'accompagnement de personnes fragilisées par la dépendance, qu'elles soient accueillies en EHPAD ou accompagnées à domicile

Le syndicat CGT ADAMAD (représentant les sites de la Roche sur Yon, St Gilles Croix de Vie, St Jean de Monts, Dompierre sur Yon, Les Essarts en Bocage, Pouzauges, Les Herbiers, Luçon, St Fulgent et Fontenay le Comte), ainsi que des salarié(e)s des EHPAD et des salarié(e)s à domicile du département ont décidé de se mobiliser ce 10 juillet afin d'être enfin visibles et de participer activement à l'avenir de leurs professions. Nous, les acteurs du domicile et des EHPAD, avons bravé dès le début de l’épidémie, les dangers et ce, malgré de multiples difficultés. (Manques de masques, sur blouses, etc.…). Il est impératif que nous soyons enfin reconnu(e)s, entendu(e)s, et considér(e)s.

Nous sommes un maillon essentiel pour la prise en charge des publics fragiles (personnes âgées, personnes porteuses de handicaps moteurs, psychologiques, maladies dégénératives et évolutives...). Cela peut tous nous toucher, nous concerner, nous, nos proches...

La crise sanitaire à mise en exergue l'importance du travail de nos professions au service de l’intérêt général, notamment envers les publics les plus vulnérables/dépendants. Le gouvernement l'a lui même souligné durant cette période. Derrières leurs belles paroles, nous attendons des actes concrets.

Il est temps de nous faire entendre.

RDV devant le Conseil Départemental 85 le 10 juillet à partir de 12 H

07.02.AIDES_A_DOMICILE.TRACT_10_JUILLET.pdf

Victoire des Aides à domicile de la Sarthe

logo_ud_sarthe.pngL’association AMAPA condamnée par le tribunal des Prudhommes : Une victoire du droit social contre l’arbitraire patronal !

Pour rappel, l’association d’aides à domicile si tuée rue de Pied Sec au Mans a été rachetée par l’association AMAPA. Faisant partie du groupe DocteGestio, c’est Mr Bernard Bensaid qui en est le Président, il est à la tête de 290 établissements soit plus de 9 600 collaborateurs-trices employé-e-s. Travaillant dans des conditions difficiles, en premières lignes face à la crise du covid-19 pour apporter tous les soins nécessaires aux usager-e-s sans véritable protection, n’arrivant pas à finir leurs fins de mois du fait de salaires misérables, confronté-e-s au temps partiel imposés, les aides à domiciles sont les grandes oublié-e-s de notre société.

A aucun moment le Président Macron s’est exprimé pour valoriser ce secteur d’activité et apporter des réponses sociales et des moyens supplémentaires matériels et humains. La qualité d’accueil pour les usager-e-s passe nécessairement par des conditions de travail décentes pour les personnels.

En plus de ce sombre tableau, les salarié-e-s de l’aide à domicile, sont confronté-e-s à un employeur étant connu pour se mettre hors la loi en ne respectant pas la législation du travail.

En effet, Le Conseil de Prud’hommes du Mans a condamné le 29 Mai 2020 l’association A.M.A.P.A., prestataire d’aides à domicile, à payer à 31 salarié-e-s différentes sommes correspondantes à des manquements graves à la Convention Collective Nationale de l’aide, de l’accompagnement, des soins et des services et au Code du Travail. tract_aide_a_domicile.pdf

Quand la direction se met hors la loi, les salarié-e-s ripostent avec la CGT et gagnent !

Papeterie Arjo à Bessé-sur-Braye : LA LUTTE PERMET D’ENVISAGER L’ECRITURE D’UNE NOUVELLE PAGE !

logo_ud_sarthe.pngL’UD CGT de la Sarthe et la Filpac-Cgt se félicitent de la décision du Tribunal de Nanterre qui a accepté une des deux offres de reprise existantes.

C’est donc un industriel Canadien, spécialisé dans l’industrie du bois et du papier qui a été retenu. La société s’appuie sur un projet visant la production de papier durable, de recyclage de fibres textiles, d’activité bois… Au final, il est envisagé de recruter 240 salarié×e×s d’ici 2025, avec une ambition affichée de redynamiser et de réaménager un territoire lourdement sinistré par les politiques de casse industrielle menées par les gouvernements successifs.

Cette décision est le fruit de la mobilisation de toute une population, salarié×e×s, citoyen×e×s, élu×e×s politiques, organisations syndicales. La CGT rappelle cependant que 600 emplois directs et plus de 2 000 emplois, en comptabilisant les emplois induits, ont été détruit à cause d’une gestion calamiteuse menée par le groupe Sequana.

Autant dire que le compte n’y est pas !

Communiqué complet : UD72Filpac23juin20.pdf

- page 1 de 51