Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

16 Novembre : Public, privé, toutes les raisons de se mobiliser

loi travail XXLDepuis l’élection du président Macron, nous assistons à la mise en place d’une série de réformes ultralibérales qui cassent tous nos conquis sociaux. Ces derniers ont pourtant permis de faire progresser notre société, d’élever les conditions de vie et de travail des salarié·e·s, de gagner l’allongement de l’espérance de vie, etc. [tract national 16 nov Pour la CGT, la page des ordonnances n’est pas tournée tract national 16 nov

Manifestations :

  • à Nantes : 10 h à commerce
  • à Saint Nazaire : 10h place de l’Amérique latine
  • à Châteaubriant : 11h, mairie
  • à Angers :
  • au Mans : 10 H devant le Palais des Congrès et de la Culture
  • à Laval : 10h30 place de la Trémoille
  • à la Roche sur Yon

Bulletin du Comité Régional CGT pays de Loire n°87 - octobre 2017

logo cgt pdl 2017Au sommaire :

  • Édito
  • Collectif régional jeunes
  • Activité TPE
  • SRADDET
  • Communiqué de presse confédéral
  • Lutte COUGNAUD
  • La maltraitance en Anjou
  • Convention TER Pays de la Loire

comité régional n°87 oct 2017

Préfectures : nouveau recul des services publics !

A compter du 2 novembre 2017, il n’y aura plus d’accueil physique aux guichets des préfectures et des sous-préfectures pour les démarches liées aux cartes grises et aux permis de conduire (c’était déjà le cas pour les cartes nationales d’identité et passeports depuis mars 2017). Chaque usager devra faire ses démarches en ligne. "Avantages : une simplification administrative et un gain de temps puisque les démarches pourront être faites 24h/24 et 7j/7."

cgt intérieurLettre ouverte à la presse

A partir du 1er novembre 2017, tous les guichets des préfectures seront désormais fermés aux usagers. Cette décision du ministère de l’intérieur constitue l’étape finale du Plan préfectures nouvelle génération (PPNG), engagé sous le quinquennat précédant, plan poursuivi - et donc achevé - par le gouvernement actuel.

Il s’agit d’un changement important, on en conviendra aisément, pour les citoyens qui voient à travers les préfectures et les sous-préfectures l’incarnation de la réalité de l’État dans les territoires, au plus près de leur lieu de vie.

Cette disparition de l’administration de proximité à travers la suppression des guichets constitue la partie la plus immédiate, la plus visible des effets concrets des choix politiques menés depuis des années en direction des préfectures et des sous-préfectures. On se doit même dire des choix opérés CONTRE les préfectures et les sous-préfectures, CONTRE les fonctionnaires, CONTRE les usagers du service public, CONTRE les citoyens.

Sur bien d’autres pans du service public du ministère de l’intérieur, sur des missions moins visibles, moins connues du grand public, les agents et leurs représentants syndicaux connaissent les effets néfastes des choix de diminution des missions et des moyens dans les préfectures et les sous-préfectures.

lettre ouverte

Propositions d'évolution de l'offre de formation professionnelle pour la rentrée 2018 : La FSU et la CGT votent contre.

logo cgt pdl 2017Les projets d'évolution de la carte des formations professionnelles (voie scolaire et apprentissage) pour la rentrée 2018 étaient soumis ce jour à l'avis de l'assemblée plénière du Comité Régional de l'Emploi, de la Formation et de l'Orientation Professionnelles (CREFOP) des Pays de la Loire.

Les représentants de la FSU et de la CGT ont dénoncé ensemble une concertation avec les organisations syndicales, qui malgré leurs interventions répétées chaque année, demeure tronquée et en réalité plus que défaillante.

Nous avons relevé l'absence totale de transparence quant aux critères ayant prévalu à l'acceptation ou au refus des demandes formulées par les établissements. De même, les priorités du Rectorat et de la DRAAF dans le choix des dossiers n'ont pas été explicitées. Elles n'ont d'ailleurs pas davantage fait l'objet d'une présentation en séance puisque le Recteur et le SRFD (agriculture) s'y sont refusés.

Par ailleurs, la FSU et la CGT ont contesté les orientations de cette nouvelle carte scolaire.

__En privilégiant à outrance la voie de l'apprentissage avec 80 ouvertures sur 92 au total, c'est la formation professionnelle initiale sous statut scolaire qui est mise à mal et en particulier celle relevant du secteur Public puisque 80 % des ouvertures le seront dans des établissements privés !__

La FSU et la CGT ont également mis l'accent sur le manque d'audace et de prospective des propositions de formation au regard des enjeux que constituent notamment le vieillissement de la population et la nécessité de développer les métiers des Services ou encore la transition écologique et celle de promouvoir les métiers correspondants. Elles ont aussi souligné le traitement particulièrement injuste à l'égard du département de la Mayenne qui obtient seulement 2 % des ouvertures proposées au moment même où le Conseil Régional s'est doté d'un pacte de ruralité....!

Pour ces raisons, la FSU et la CGT ont voté contre le projet d'évolution de la carte des formations professionnelles pour la rentrée 2018.

Ordonnances Macron : Mobilisons nous le 19 octobre !!

loi travail XXLÀ l’issue d’une rencontre intersyndicale qui a réuni l’ensemble des syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, FSU, Unsa, Solidaires, Unef, UNL et FIDL) le 9 octobre au siège de la CGT, les organisations syndicales ont décidé de se revoir le 24 octobre prochain, « pour faire le point sur l’ensemble des réformes du gouvernement : loi travail, baisse des APL, hausse de la CSG, réformes à venir de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de la retraite », a déclaré Fabrice Angéi, interrogé par le service communication de la CGT.

En attendant cette nouvelle intersyndicale, qui pourrait déboucher sur une journée d’action mi-novembre, la CGT pour sa part appelle à la mobilisation le 19 octobre. « Les ordonnances Macron ne sont pas derrière nous. Les routiers nous ont prouvé qu’on pouvait mettre en échec ces ordonnances. Ils ont gagné l’intégration des primes et indemnités dans le salaire de base », a expliqué Fabrice Angéi.

Et d’ajouter : « Nos concitoyens contestent de plus en plus ces ordonnances : 65 % d’entre eux les rejettent et 57 % approuvent les mobilisations contre ces projets gouvernementaux. » Pour Fabrice Angéi, qui a par ailleurs participé à l’intersyndicale du 9 octobre, le gouvernement entreprend actuellement une déstructuration globale du modèle social français. La journée d’action du 19 octobre se veut donc « ancrée dans les entreprises, à partir des revendications de chacune des professions ». Contre la casse sociale, pour les 32 heures, les augmentations de salaire, la retraite pour tous par mutualisation, mobilisons-nous le 19 octobre prochain !

- page 1 de 32