Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Transports

Fil des billets

Cheminots : agir pour ne pas subir !

fier_cheminot.jpgAppel intersyndical national pour la grève du 4 juin.

Le pacte ferroviaire voté en 2018 a été combattu par les cheminots. Pourquoi ? Car la réforme était mauvaise, tout simplement. Mauvaise pour les usagers, mauvaise pour le service public ferroviaire, mauvaise pour les cheminots.

Quelles étaient les dispositions majeures de ce pacte ?

  • - Fin du recrutement au statut
  • - Passage en sociétés anonymes
  • - Promesse d’une reprise de la dette
  • - Restructuration du groupe et filialisation des activités
  • - Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageur national.

Ces mesures impactent directement les cheminots, dans leur quotidien et leurs métiers. Elles fragilisent l’outil ferroviaire public.

Dix mois après, où en est-on du pacte ferroviaire ?20190515_tract_unitaire_04_juin_2019-2.pdf

Ligne Nantes - La Rochelle - Bordeaux : laboratoire de la casse du ferroviaire

fier_cheminot.jpgPar manque de financements, la ligne ferroviaire Nantes, la ligne ferroviaire Nantes -Bordeaux connaît un long et douloureux déclin.

En 1974, le parcours entre trois des plus importantes métropoles de la façade Atlantique, durait 3h47. Il est de 05h30 en 2019 ! Les dessertes quotidiennes ont été réduites de quatre allers -retours à trois. Quant aux Quimper - Nantes - Bordeaux - Toulouse - Vintimille, ils ont peu a peu été supprimés, tout comme les trains supplémentaires estivaux ! Depuis 2015, le vieillissement de la voie entraîne des limitations de vitesse à 60km/h sur le parcours compris entre La Roche sur-Yon et la Rochelle.

Face à cette situation et à l’urgence climatique, que font les pouvoirs Publics ?20190321_CDP_aux_cheminots_comite_orientation_Nantes-Bordeaux.pdf

CAHIER d’ACTEUR CGT dans le cadre de l’enquête publique sur le devenir de l’aéroport Nantes-Atlantique.

logo cgt pdl 2017Le projet de transfert d’aéroport abandonné, la CGT n’abandonne pas ses revendications pour un équipement aéroportuaire efficient, qui s’insère dans un maillage multimodal des transports, qui développe des emplois de qualité et pérennes (loin du low-cost), qui assure un service public de qualité (accès, coûts, sécurité) et limite au maximum l’impact environnemental (pour les riverains et les espaces naturels). 2019_01_22_CAHIER_ACTEURS_NANTES_AT.pdf

Le 12 juin 2018, les cheminots contre attaquent au Conseil régional !

fier_cheminot.jpg95 % des cheminots rejettent le « Pacte ferroviaire» gouvernemental d’ouverture à la concurrence, de réduction du réseau ferré, de casse des conditions sociales. En réponse, les organisations syndicales proposent une plateforme revendicative en 8 points qui restaure les fondements d’un véritable service public ferroviaire.

Ces enjeux nationaux trouvent évidement des déclinaisons locales, particulièrement au Conseil Régional Pays de la Loire, dont la majorité LR a devancé la loi et négocié en 2017 une convention TER aux ambitions limitées avec la volonté d’ouvrir au plus vite à la concurrence...20180612_Projet_CDP_Rassemblement_Unitaire_CR.pdf

C’est pourquoi le 12 juin, ils se rendront en cortège au Conseil régional , en vue de rencontrer sa présidente Chrystelle Morançais et lui remettre les signatures de la pétition unitaire pour défense des guichets. Départ prévu accès sud de la Départ prévu accès sud de la gare de Nantes à 10h00.

RAPPORT DURON STOP A LA LIBERALISATION DES RESEAUX DE TRANSPORT

main_stop.jpgLes derniers événements hivernaux du début février et mars 2018 en région parisienne, nous ont rappelé la situation catastrophique des services publics des infrastructures routières. Avant 2007, il y avait 33 000 agents dans les ex D.D.E. (directions départementales de l’équipement) qui ont été transférés dans les D.I.R. (directions interdépartementales des routes) sous la houlette du gouvernement SARKOZY. Aujourd’hui, en 2018, il y a à peu près 5000 agents dans les DIR intervenant directement sur les réseaux routiers. Les routes sont maintenant gérées par une multitude d’acteurs : État, départements, Métropoles, Régions, communes et communautés de communes, ce qui dilue les responsabilités, diminue l'efficacité et n'autorise plus la mutualisation des moyens en totale contradiction avec les restrictions de dotations aux collectivités locales. Tract_rapport_DURON_infrastructures.pdf

  • Il faut mettre fin au dumping social qui mine le secteur des transports qui favorise les délocalisations.
  • Il faut mettre un frein au développement de la précarité camouflée derrière le mythe des « auto-entrepreneurs » et des plateformes de type Uber.
  • Nous proposons aussi la renationalisation des sociétés d’autoroutes et de mettre à contribution les recettes qu’elles génèrent en faveur des transports collectifs et du report modal.
  • Nous appelons les salarié-e-s, les usagers et la population à s’unir, à débattre et agir contre la future « Loi d’Orientation sur les Mobilités » (LOM) pour la rejeter pour qu'elle soit abandonnée, car ce sera une loi de régression guidée par des choix d’austérité, qui sanctuarisera la concurrence et la libéralisation des transports.

Amplifions les convergences pour gagner un service public rénové, moderne et doté des moyens lui permettant de répondre à l’intérêt général en matière sociale, d’emplois, d’aménagement des territoires et de reconquêtes industrielles, de santé publique et d’environnement.

- page 1 de 9